En management, imiter l’abeille fait mouche

C’est pas l’abeille qui fait le miel, c’est la ruche !

Sociologue, Homme d’entreprise et apiculteur, Henry Duchemin s’est passionné pour l’étude des abeilles.
L’organisation collective de la ruche, la répartition des tâches au sein de la colonie sont pour lui une puissante source d’inspiration pour l’entreprise et sa stratégie.
Quatre sujets pour illustrer sa réflexion…

Un projet commun
« Les abeilles pour subvenir aux besoins de leur société, agissent ensemble de manière coopérative… De même dans l’entreprise, la première chose est de se déterminer sur un enjeu majeur, explicite et partagé »
Lire ou relire Penser coopération plutôt que compétition

Se former pour se transformer
Chaque abeille va occuper des fonctions successives dans sa vie : Nettoyeuse, manutentionnaire, maçonne, ventileuse pour rafraichir la ruche, gardienne, butineuse…
De la même façon, dans notre société la formation doit servir à notre transformation, notre adaptation à différents postes.
Lire ou relire Changez et Restez vous-même !

L’intelligence collective
Pour maintenir une température constante dans leur foyer, les abeilles s’agglutinent toutes dans un ingénieux dispositif en grappe, qui change en fonction de la saison : constitué d’un coeur et d’un manteau l’hiver, et d’un système de couloirs, ventilation et brumisation l’été.
« Il faut coopérer pour développer une intelligence collective et solutionner des problèmes, que chacun individuellement ne pourrait résoudre ».

Développement durable
L’abeille a en commun avec l’homme d’avoir colonisé toute la planète.
L’abeille a inventé le développement durable. En pollinisant la fleur, elle assure la production du miel de demain. L’économie circulaire, qui commence à être organisée sur les sites industriels s’inspire de ce principe.
La technique de l’essaimage, utilisée aussi par les grands groupes technologiques, lui sert à se développer sur le territoire. Une différence toutefois : c’est la reine la plus âgée qui quitte la ruche pour essaimer…
Comme l’abeille, l’homme doit « s’inscrire dans la biosphère, dans la logique de la durée ».

Appliqué aux réunions ça donnerait quoi ?

  1.  Projet commun : partager l’objectif avant toute réunion ou création d’un comité
  2.  Se former pour se transformer : prise de note tournante, pratiquer la collaboration en mobilité, collaborer AVANT/PENDANT/APRES
  3.  Intelligence collective : concentration sur les seules actions pertinentes et agilité à la résolution collective des problèmes, à la prise de décision partagée
  4. Développement durable : Développement des bonnes pratiques sur première réunion pilote puis essaimage au sein de l’organisation pour éliminer les réunions inutiles, les gaspillages, les pertes de temps… et rentrer plus tôt à la maison !

Zen les Bees !

Comments:2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.