Meetings en Holacratie

Il y a toujours 3 organigrammes dans une entreprise, connaissez vous celui-là ?

Connaissez l’Holacratie ? Non, ce n’est pas une société dont les dirigeants sont les rois de la Hola 🙂

C’est une nouvelle forme de gouvernance qui a pour objet de sortir du management pyramidal pour passer à un système d’autorité distribué, sans titre et sans manager.

Elle a été inventée en 2001 par Brian Robertson qui l’a ensuite théorisée sous le nom d’Holacratie en 2007 :
« Les équipes s’auto-organisent et fonctionnent à la fois comme entités autonomes et comme parties d’un tout dont elles sont dépendantes… à la façon des cellules d’un organisme qui sont à la fois autonomes et dépendantes de l’organisme qu’elles contribuent à édifier. »

Les entreprises qui basculent à la Holacratie souhaitent mieux utiliser le savoir de chacun, mieux mobiliser les énergies et adoptent un fonctionnement plus transparent pour booster la motivation et l’efficacité des équipes.

La holacratie considère chacun des individus qui la compose comme un capteur, un senseur, susceptible d’émettre des signaux.

Pourquoi je vous parle aujourd’hui d’Holacratie ? Parce qu’elle s’appuie sur la mise en place d’un « système réunions » : de réunions de gouvernance, de réunions tactiques et de réunions debout (encore appelée Daily Stand-up meeting).

Toute entreprise a une « raison d’être » qui a besoin d’actions et de décisions pour exister et se développer. Les personnes qui y travaillent vont donc apporter leurs contributions au travers de leurs compétences, aptitudes et potentiels en se structurant en cercles.
Chaque cercle est « redevable d’une production » tout étant dépendant de la production d’autres cercles. Chaque cercle dispose d’une large autonomie en vue d’atteindre ses objectifs et va donc pouvoir utiliser selon le cas, ces trois types de réunions :

La réunion de Gouvernance :
Elle a pour objet de clarifier les rôles et les responsabilités, avec quelques règles simples :

  • Générer des définitions de rôles explicites, réellement significatifs
  • Donner à chacun une voix, sans la tyrannie du consensus
  • Appliquer des règles claires qui empêchent l’ego ou la politique de dominer
  • Concentrer l’équipe sur des améliorations itératives et rapides, à la lumière des données réelles
  • Continuellement restructurer l’organisation, les tensions pilotent l’adaptation (une à la fois)

La Réunion tactique :
Sur le terrain, des réunions tactiques régulières permettent à une équipe de se synchroniser et de rester centrée sur son flux d’activité :

  • Respect des points à traiter de l’agenda
  • Accent mis sur les prochaines actions, non sur une analyse sans fin
  • Indicateurs & listes d’actions sont examinés systématiquement & rapidement
  • Personne ne se cache : la transparence est radicale, montre tous les progrès…ou leur absence

La réunion debout :
Quotidienne (encore appelée Daily Stand-up meeting)

  • Chacun s’exprime sur ce qu’il a fait
  • Point quotidien sur l’avancement des tâches

Là où Holacracy propose de restructurer les fondements de votre organisation, Meetings* propose un outil pragmatique qui permet de mettre en œuvre au quotidien ces valeurs de transparence et ce management de la confiance si inspirant et puissant levier de développement (notre dada !)

Utopique me direz-vous ? Sauf que plusieurs organisations ont adopté ce nouveau modèle de gouvernance avec un incontestable succès. La firme Zapos (>1B$ de CA) en est un des plus beaux exemples.

Zen l’Holacratie !

Comments:6

  1. Merci pour cet article.
    Juste une rectification : Twitter n’a pas mis en place l’Holacracy. Vous confondez surement avec Medium qui a été fondé par Even Williams également co-fondateur de Twitter.
    Bien à vous, Bernard Marie Chiquet iGi Partners

  2. Bonjour, nous sommes intéressés par l’holacratie, est-ce que vous pouvez nous apprendre les meetings ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.