Imaginez que votre performance potentielle en réunion soit illustrée par ce graphique

Big Data et Réunion

J’ai appris, à la lecture d’un récent article paru dans courrier cadre, que depuis 2007, Quick recrute annuellement 100 à 150 cadres et managers en utilisant une méthode de recrutement prédictif.
Grâce à la transparence et à l’efficacité du « big data », ils déclarent maîtriser de mieux en mieux leur processus de recrutement.
Cela m’a immédiatement fait penser à la transformation digitale des réunions.

Pourquoi ?
Parce qu’avec la réunion on entre sur un terrain miné où le « vivons cachés » est dominant : partager ses données, planning et activités avec ses collègues n’est pas naturel -bien que chacun déclare que l’on a plus à y gagner qu’à y perdre-.
La « culture du FAIRE doit remplacer la culture du NON FAIRE » selon les propres mots d’un utilisateur MyMeetings (je rajouterais bien du FAIRE ENSEMBLE).
Dans le détournement de cette infographie, la courbe noire pourrait être la vôtre : quand elle passe dans le vert, vos réunions sont au top, dans le rouge, vos réunions dérapent (très probablement).
Dans cette illustration, vous seriez au top, votre comportement en réunion collerait à 90% au comportement attendu.

Revenons au sujet du recrutement prédictif et voyons comment ça marche.
L’idée est d’utiliser une méthode scientifique, née de la démarche « big data », pour croiser les données rationnelles internes – parcours, personnalité, capacités intellectuelles et performances – avec celle du candidat potentiel.

Dans un premier temps, toutes les données disponibles des collaborateurs en poste dans l’entreprise sont analysées.
Quick a donc réuni certaines données internes de ses collaborateurs issues de leurs parcours, ou de la performance des équipes, du taux de turn-over, pour les faire analyser par des « data scientists ».
Cette analyse a été couplée à des tests de personnalité.
Les data scientists ont ensuite donné du sens à ces données en les transformant en graphiques qui permettent de comprendre les facteurs clés de succès de chaque poste. Certains critères qui sont ressortis se sont d’ailleurs avérés plutôt inattendus.

Dans un second temps, des profils types ont été établis par poste ciblé.
Il n’y a plus qu’à recevoir les candidats et les soumettre à un questionnaire truffé de questions concrètes qui permettra de réaliser la probabilité de l’adéquation au poste et de le traduire automatiquement en graphique.
Les résultats sont ensuite partagés avec le candidat.

Dans un troisième temps, les performances du candidat recruté sont intégrées à la base de connaissance de l’entreprise, suivies et actualisées.
Elles deviendront elles-mêmes des données internes qui amélioreront le processus de recrutement.

…Et la boucle est bouclée !

On ne peut que rêver qu’un tel processus se mette en place pour améliorer l’efficacité et le plaisir de travailler ensemble avant, pendant, après les réunions.
L’idée n’est surtout pas de « fliquer », mais bien d’aider en toute transparence, les managers et leurs équipes à mieux comprendre les causes de succès et d’échec de leurs réunions, comprendre pourquoi ils arrivent ou pas à « Transformer leurs Réunions en Plans d’Action ».
Sortir un profil de l’adéquation de chacun de nous par rapport à la typologie des réunions quelles soient de créativité, de projet, de service, de pilotage, de comité de direction, de support, de crise …
Fournir des Metrics utiles à tous sur la relation entre durée, satisfaction, performance, nombre d’actions, décisions prises, nombre de participants, difficultés rencontrées, niveau de préparation, ordre du jour ou pas, compte rendu ou pas…

Voilà une idée que nous n’avons pas fini de creuser !

Quand Big Data ne rime pas avec Big Brother parce que les résultats sont accessibles et partagés par tous, en transparence.
Nos réunions n’en seront que plus efficaces et agréables, et on rentrera plus vite à la maison 😉

Zen le big data pour lever le voile !

Comments:0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.