Réunion & Territoire Numérique

Illustration du rapport « Les territoires numériques de la France de demain » de Claudy Lebreton (Président de l’ADP) . Un peu entre deux eaux, non ?

Dans un rapport public commenté sur www.atelier.net, on y retrouve décrites les traditionnelles inégalités et disparités territoriales de la société française dans l’usage du numérique : « Les inégalités numériques suivent les inégalités sociales et « Le logiciel dévore le monde » selon Mark Andreesen »
Infrastructures défaillantes et manque d’accompagnement pour diffuser de nouvelles pratiques, reproduisent notre vieil héritage culturel, les plus aisés étant mieux équipés et apprenant plus vite que les autres :

Bad is Good and Good is Bad

Voir le monde autrement…

A l’occasion de la sortie du dernier livre de Malcom Gladwell « David & Goliath », Adam Grant, professeur à la Wharton School (université de Pennsylvanie), a attiré mon attention sur cet auteur.

Malcom Gladwell explique comment le monde fonctionne, avec une approche des sciences sociales plutôt « cool ».
Cinq exemples de sa lecture du monde qui décoiffe :

Tennis et Réunion

Séquence jubilatoire : jeu, set et match

En plein Roland Garros, non sans humour, Stephen, utilisateur expérimenté de Meetings*, m’a mis au défi de trouver une analogie entre le tennis et la réunion.

Il avait bien apprécié celle relative au rugby : « la réunion est un sport collectif généralement pratiqué comme un sport individuel », que nous avons plutôt bien exploitée  : la réunion, un terrain de sport ?, Meetings* dans l’avion Auckland Paris, Meetings* in EdenPark, good-game amis anglais… et qui raisonne dorénavant dans la tête de la plupart de nos utilisateurs.
Certes, le Tennis est un sport individuel, alors que la réunion est un sport collectif.

Pour ou contre le Télétravail ?

Vu comme ça, ça donne envie le télétravail !

En déclarant que tous ses salariés devaient cesser de télétravailler, Marissa Mayer, la nouvelle PDG de Yahoo a relancé le débat (lire à ce propos The Economist) : chez Google, le revenu généré par employé est de $931 657, soit 160% de plus que chez Yahoo, $353.657 par employé.
Il est aussi raisonnable pour une entreprise de vouloir décourager ses employés de se comporter comme des freelances.
Après tout, les entreprises existent en grande partie parce que les gens sont plus productifs ensemble que séparément.

Alors, pour ou contre le télétravail ?

Empowerment, le mot qui gagne du terrain (du management)

Je dis ce que je fais, je fais ce que je dis… ensemble, pendant et entre les réunions !

La semaine dernière, j’ai échangé avec Julien d’Alternego, spécialiste de l’Empowerment.
Ce concept est né aux USA au début du XXème siècle pour définir des politiques de lutte contre la pauvreté et de développement.
Comment traduire Empowerment : Responsabilisation ? Autonomisation ? Son usage sort de son champ politique et s’étend au sein des organisations.

Eradiquer les e-mails, une stragégie ?

Peut-on vraiment se passer du mail ?

La semaine dernière, à l’occasion du CEBIT d’Hanovre, le Nouvel Observateur titrait : Fuir les e-mails dans l’entreprise pour travailler plus efficacement. Je me suis rappelé notre précédent post de février 2012 sur ce sujet du zéro mail et je me suis demandé si les choses avaient vraiment changé. Et bien, cela me laisse perplexe…

Contre la crise, la réunion des élites

Une élite visionnaire et atypique, ça existe aussi : Paul Sangnier (1873-1950)

En guise de réveillon 2012 , Hervé Azoulay, président d’Invest Banlieues a signé une terrible diatribe contre nos élites dans La Tribune, intitulée Quand l’élite participe activement à la crise (vous pouvez lire l’article complet ici) :
« La société va très mal parce que « l’élite de l’élite » qui détient en grande partie le pouvoir suprême en France, nous dicte sa loi et sa vision à tous niveaux: économique, administratif, politique, financier… et verrouille le système par ses réseaux d’influence qui étouffent dans l’œuf tous les germes du changement! Notre système élitiste a fabriqué et raffiné de décennie en décennie des générations entières d’autistes…

Productivité du Bonheur

A quand un indicateur de MQ au travail ? Le roi du Bhoutan, Jigme Singye Wangchuck, a instauré le Bonheur Intérieur Brut en 1972…

En me suggérant de lire cet article de Susie Cranston and Scott Keller paru en janvier 2013, Laurent, fan de McKinsey et de Meetings*, a encore frappé: « How increasing the ‘Meaning Quotient’ (MQ) of work ? » ou « Comment booster le « Quotient de Sens » au travail ? »

Les 2 auteurs démarrent en s’interrogeant sur les qualités des performeurs extrêmes de la musique ou du sport pour trouver ce qui créé la performance dans l’entreprise, le désir collectif du dépassement de soi.
Ce qui m’épate toujours, c’est la capacité de nos amis anglo-saxons à créer des acronymes plus vendeurs (de service ?) les uns que les autres, jugez en plutôt :

Faire plus avec moins… de réunions !

C’est le moment de démarrer vos réunions 2.0 !

Tapez la requête « Comment faire plus avec moins ? » dans google : + 14 millions de résultats…
Dans cette période de crise, cela sonne comme une litanie…
Mais bien sûr, sans hypothéquer l’avenir, sans démotiver les troupes et dans une optique positive de conduite du changement…
Tout le monde le sait, le dit et le redit : les périodes de contraction de l’économie sont idéales pour conduire le changement. Mais comment faire ?

1 10 11 12 13