Réunion & Territoire Numérique

Illustration du rapport « Les territoires numériques de la France de demain » de Claudy Lebreton (Président de l’ADP) . Un peu entre deux eaux, non ?

Dans un rapport public commenté sur www.atelier.net, on y retrouve décrites les traditionnelles inégalités et disparités territoriales de la société française dans l’usage du numérique : « Les inégalités numériques suivent les inégalités sociales et « Le logiciel dévore le monde » selon Mark Andreesen »
Infrastructures défaillantes et manque d’accompagnement pour diffuser de nouvelles pratiques, reproduisent notre vieil héritage culturel, les plus aisés étant mieux équipés et apprenant plus vite que les autres :

Le négatif :
« Ce que Claudy Lebreton nomme l’e-exclusion creuse ainsi un peu plus les trois grands fossés : générationnel d’abord puisque si les digital natives sont pourvus, seuls 47% des 60-74 ans et 10% des plus de 75 ans possèdent un ordinateur. Social de même avec 59% des foyers disposant d’un revenu inférieur à 900€ ayant un accès propre, culturel enfin ou la différence entre diplômés ou non est lourde, 93% pour les études supérieures, à peine plus de 30% pour les non diplômés. On retrouve cet écart dans la notion d’isolement, isolement social d’abord montrant que 65% des plus isolés n’utilisent pas Internet, et enclavement géographique… »

Mais aussi du positif :
«… Le rapport met ainsi en lumière l’impact potentiel des capacités numériques, depuis la valorisation des atouts touristiques au soutien scolaire en passant par la revitalisation des territoires isolés et de l’économie résidentielle grâce au télétravail. Le numérique serait ainsi un atout fort pour les territoires, en réduisant la pertinence des atouts naturels ou démographiques, en dématérialisant la production : le besoin de la « ville », au sens traditionnel du terme, perd de son importance. »…

Dans nos territoires, il n’y a pas seulement des citoyens, il y aussi des entreprises.
Les menaces : ce n’est pas seulement l’accentuation de ces inégalités à travers l’accélération du numérique que nous risquons de subir c’est aussi un défi numérique & international que nos entreprises risquent de ne pouvoir relever.

Mais surtout des opportunités : jamais les entreprises n’ont eu autant de leviers de croissance, aussi bien en terme d’efficacité organisationnelle que de conquête de nouveaux clients et territoires.

Dans le domaine des réunions, rendre les réunions efficaces est à portée de main aussi bien de la TPE que de l’entreprise globale du CAC 40, quelques exemples de pratiques qui se diffusent à grande vitesse :

  • entreprise étendue où les partenaires, clients et fournisseurs sont intégrés aux actions à réaliser,
  • réunions virtuelles avec partage d’écran pour les équipes géodispersées,
  • suivi des actions et des décisions accessibles en 24/7,
  • travail en multilingue,
  • collaboration étendue dans le temps AVANT/PENDANT/APRES les réunions.

Cette collaboration étendue qui fluidifie et rend productive la collaboration issue des réunions, transforme vos informations, actions & décisions, en flux dynamiques et relègue aux oubliettes le stock passif de Yakafaucon si frustrant et peu productif !

La réunion est aussi un territoire qui devient numérique. Il n’y a pas de fatalité, juste une opportunité à saisir, une volonté de faire et de s’améliorer, tout simplement.

Evitez la fracture numérique des Réunions, l’e-exclusion de la Réunion 2.0 et ne laissez plus vos réunions en friche, c’est de l’or en barre !

Zen le changement !

Comments:0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.