(A casual beverage with COO Erik Church. Photo by Katie Diane Photography.)
On se croirait dans une pub de série B américaine. Brian (ça ne s'invente pas) est à gauche.

Bière et Barbeuk : LE TEST pour éviter les profils toxiques

C’est avec une certaine hésitation que j’ai choisi le sujet de ce matin qui touche à la recherche de la Dream Team, celle qui fera exploser la croissance de l’entreprise.
D’habitude, j’alimente plutôt mes réflexions à partir de travaux de chercheurs, d’écoles de management ou d’auteurs qui ont consacré leur vie à creuser un sujet ou un domaine.

Et puis le pitch de cette histoire très à l’américaine de Brian Scudamore, entrepreneur Canadien de Vancouver, m’a incité à lire la suite :
« Mon entreprise fait 250M $ de revenus. Ce que la plupart des gens ne savent pas est qu’il y a 7 ans, j’ai dû recommencer à partir de zéro parce que j’avais embauché des employés toxiques. Le test de la Bière et du Barbecue ont été ma solution pour relancer mon entreprise ».
Cela paraît tellement basique et naïf que je me suis demandé si c’était vraiment sérieux.
Alors, j’ai lu la suite, à vous de juger.
L’histoire : Brian est le fondateur et CEO de o2Ebrands et de 1-800-got-Junk ?
Selon une étude récente (Happiness at Work, Psychology Today), nous allons passer en moyenne 90.000 heures de notre vie au travail.
Cela signifie que nous passerons probablement plus de temps de notre vie avec notre équipe qu’avec notre propre famille.
Malgré cela, il a constaté que la plupart des entrepreneurs et des dirigeants néglige de se concentrer sur la personnalité ou l’adéquation culturelle quand ils recrutent. Lui, le premier, est tombé dans le panneau.
Il nous raconte qu’il a fait cette erreur au début de sa carrière d’entrepreneur et que le résultat a été désastreux : chute de son moral, de sa productivité et perte de l’envie d’aller au bureau… Jusqu’à ce qu’il réunisse onze collaborateurs dans son bureau, les vire tous pour repartir à zéro.
Il a alors reconstitué son équipe à partir d’un autre processus d’embauche pour repérer ceux qui « tiltent » avec lui et les autres. Il nous livre son secret, les tests de la bière et du barbecue :

  • Le test de la bière
    Son idée, moins miser sur une liste de cases à cocher des compétences que sur son instinct avec des questions de type « Est-ce que j’aime cette personne ? Quelle est sa passion ?…».
    « De là, j’ai développé ce que j’appelle le test de la bière, qui conclue le process par : « Aurais-je plaisir à boire une bière avec cette personne ? ». C’est hypothétique (la plupart du temps), mais incroyablement puissant… Si la réponse est oui, il est probable que je suis au début d’une relation de travail. Bien sûr, cela peut paraître simpliste, mais cela m’a été une aide précieuse pour mettre sur pied une équipe avec qui j’aime travailler chaque jour. »

Mais le test de la bière est singulier, il ne dit pas comment le candidat va s’entendre avec le reste de l’organisation. Il a donc imaginé le test suivant :

  • Le test du Barbecue
    Il s’agit de dynamique de groupe : « Comment cette personne va-t-elle s’intégrer au barbecue de ma famille « travail » ?… Il n’est pas réellement nécessaire de lancer le BBQ : cela sert à introduire simplement le candidat à l’équipe. S’il n’y a pas l’approbation de la majorité du groupe – s’il n’y a pas de connexion dès le départ – les chances de succès sont faibles pour l’entreprise, peu importe ce que dit son CV ».

Brian nous dit que sa démarche est en phase avec certaines études sur la productivité au travail, comme celle qui constate qu’avoir un ami proche au travail augmente engagement et productivité.

Une équipe culturellement alignée, avec des membres qui ont plaisir à être ensemble, est une équipe plus engagée et plus productive. L’une des questions les plus importantes posée dans le Gallup Q12 est : Avez-vous un « meilleur ami » au travail ?  Les statistiques mesurent que c’est un facteur primordial dans l’engagement des employés, et quand les employés sont engagés, ils sont plus productifs : selon les conclusions de la fondation Workplace Research, la productivité est supérieure de 38% comparée à la moyenne.

Il conclut tout simplement :  « ces tests simples m’ont aidé à constituer une équipe de rêve ».

Il y a une idée de bon sens dans ce billet de Brian : il nous rappelle que travailler avec un employé dont on se sent proche est bon pour l’efficacité de l’entreprise mais aussi pour son propre moral.

Je rajouterais, qu’à l’heure de la collaboration digitale et du travail décentralisé, prendre un peu de temps pour sentir ou comprendre le type de personnalité qui rejoint l’équipe est essentiel. Pour bien fonctionner à distance, de façon efficace, il faut encore plus de confiance qu’en mode présentiel.
Et pour les Réunions Digitales, je ne vous raconte même pas !
Éviter de recruter un employé toxique est encore plus crucial quand l’équipe télé travaille. Le coût est bien plus élevé que le simple fait de devoir relancer un nouveau recrutement.

En résumé, ce que nous suggère Brian, avec son pragmatisme anglo-saxon, est tout simplement de sortir de notre bureau pour mieux comprendre comment le candidat fonctionne dans la vie réelle, et la bière et le barbeuk peuvent être un bon terrain d’observation.

Paradoxe du monde internet, les services pour tester en ligne la « réalité des savoirs, savoir faire et savoir être » en simulant des cas concrets sont en train d’envahir la toile. Dans nos boites technos, il n’est plus un recrutement qui n’intègre ces tests de compétence inspirés de cas concrets.
Pourquoi alors, ne pas compléter par « The Beer & BBQ Test » ?

Mais attention, ne confondez pas le test et l’objectif : la bière et le barbecue ne vous empêcherons pas de recruter des personnes toxiques. Tout comme vous, j’en ai connu qui brillaient au barbeuk mais pas au boulot !
Tests à prendre donc avec des pincettes (à charbon) !

Zen le barbeuk !

Comments:0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.