Avez-vous le cerveau Réunion2.0 ?

Ouvre moi ton cerveau, je te dirai qui tu es
Ouvre moi ton cerveau, je te dirai qui tu es

Dans l’un de nos tout premiers billets en 2010, nous écrivions 21 jours pour changer … car c’est le temps que prennent nos réseaux neuronaux pour créer une nouvelle habitude (traduire, un nouveau confort).

A la Une de Sciences & Vie de ce mois : « A chaque métier son cerveau ».

Ce passionnant dossier réalisé par François Lassagne et Marie Catherine Merat fait état des dernières découvertes des neurosciences sur la plasticité du cerveau qui s’adapte au métier : en fonction de celui-ci, il subit une véritable déformation (ou conformation) professionnelle.

Comme souvent, le bon sens populaire l’avait anticipé : « avoir la tête de l’emploi… c’est en forgeant qu’on devient forgeron… »

Des chercheurs ont observé sous IRM l’activité cérébrale de six types de professionnels et ont découvert que leurs professions impactaient leurs cerveaux… Comment ça marche ? L’imagerie cérébrale procède par soustraction entre cerveau « expert » et  cerveau « ordinaire » pour analyser les 100 milliards de neurones et 100 000 milliards de connexions.

Développement de l’hippocampe chez les chauffeurs de taxi, de l’aire sensimotrice chez les sportifs, des aires motrices et zones profondes chez les musiciens, du cortex olfactif pour les parfumeurs… ou inhibitions de certaines zones chez les traducteurs-interprètes.

Quelle que soit l’activité, la déformation professionnelle est à l’œuvre à l’intérieur de notre boite crânienne.

Cette déformation soulève des questions essentielles. Cette plasticité du cerveau est-elle la même à tout âge ? Est-elle différente d’un individu à l’autre ? Est-elle définitive ou irréversible ? Est-elle mobilisable à volonté ? Et les génies, leur cerveau est-il « déformé » dès la naissance ?

La clé c’est la connexion neuronale. La modification de certaines zones du cerveau se fait de quatre manières :

  • elles grossissent au-delà de la moyenne
  • elles sélectionnent certains neurones pour devenir hypersensibles
  • elles sont inhibées au profit d’autres zones
  • elles multiplient neurones et connexions pour plus d’efficacité

Comme il ne vous a pas échappé que je me suis « spécialisé » sur le sujet des réunions, je n’ai pas pu m’empêcher d’imaginer quelle déformation subirait le cerveau d’un manager expert en Réunion 2.0.

Réduction du système vestibulaire comme chez les danseurs pour se libérer de la sensation de tournis ? Développement de l’aire fusiforme comme chez les ornithologues pour la finesse de l’observation ? Développement du complexe hippocampique et de l’amygdale comme chez les musiciens pour déceler les fausses notes ? Blocage des aires du langage et de la parole comme chez les traducteurs-interprètes pour retranscrire des comptes rendus temps réels parfaits ? Ou cortex préfrontal hyper développé comme chez les génies ?

Surtout développons la simplicité, la transparence et l’humilité sans naïveté, avec la croissance du grand zygomatique (qui participe à la réalisation du sourire)

Zen le cerveau pour la Réunion2.0 !