Les règles de la Wikinomie : être ouvert, interagir entre pairs, partager et agir mondialement

Meetings en Wikinomie

Depuis sa naissance MyMeetings s’inscrit dans la production collaborative.
En 2012, j’écrivais pour la première fois : La réunion est un sport collectif trop souvent pratiqué comme un sport individuel.
Comme souvent, les innovations puisent leurs racines dans des réflexions et des écrits plus anciens. La nôtre n’échappe pas à la règle.
Connaissez vous la Wikinomie ou « l’économie de la collaboration entre groupes humains » ?
Le livre de référence, paru il y a tout juste 10 ans, a été écrit par Don Tapscott  et Anthony D. Williams « Wikinomics: How Mass Collaboration Changes Everything ».
Le même Don Tapscott avait développé le concept initial dans un premier livre paru en 1996, soit il y a 20 ans.
Il y décrivait les bouleversements à venir d’un système économique reposant sur une collaboration intensive et une fusion entre production et consommation, à l’instar des Wiki.

La Wikinomie, c’est d’entreprise étendue, un modèle ouvert d’intelligence collaborative.
Par intelligence collaborative, on entend aussi co-conception, celle avec les clients, les utilisateurs des produits et services, ces derniers formant entre eux des communautés qui échangent et partagent de l’information. Il prédit qu’elle va bouleverser l’économie traditionnelle et sa capacité d’innovation.
Et cela dans tous les domaines : que ce soit pour trouver de nouveaux médicaments, écouter de la musique, concevoir des logiciels, des manuels scolaires, des cosmétiques, des produits industriels de toute sorte.
Ces nouveaux systèmes de travail vont en particulier produire cette génération de nouveaux services internet où l’adoption par les utilisateurs (la traction) est le premier signe de leur légitimité à exister.

Dans cette nouvelle économie, le partage de l’information (le big data) sera le nouvel or noir et le terrain de jeu sera la planète.
Dans cette projection, les entreprises centralisées, monolithiques et non connectées n’auront plus leur place et, les barrières morales, sociétales, éthiques vont être remises en cause..

Ce qui est intéressant dans cette lecture est que ce concept décrit il y a 20 ans a vraiment envahi maintenant notre réalité.
On peut constater le terrible contraste d’une société ancienne qui stagne, atrophiée, aux réglementations défensives, en recherche de croissance avec celle d’une nouvelle société en pleine accélération générée par cette innovation sans limite qui diffuse, percole et valorise à vitesse accélérée.

Mais j’y pense,.. et nos réunions ?

Un truc dingue, c’est comme si la Wikinomie des Réunions n’avait pas encore commencé, à part un début de banalisation du partage d’écrans.

Pourtant, il est facile d’imaginer ce qui va se passer :

Quand on parlera d’avant, on dira que c’était le temps de la réunion statutaire, hiérarchique, en silo, où rien ne transpirait.
Le chef animait la réunion, prenait les décisions, parangon du yakafaucon.
Les idées venaient de lui.
Collaborer signifiait travailler sur les idées du chef.
Tout le monde était débordé, les processus n’étaient pas transparents.
Entre les réunions on oubliait beaucoup.
Le compte rendu, quand il existait, était « parfois joliment fait » mais envoyé plusieurs jours après la réunion, vite noyé dans les mails.
A la réunion suivante, tout le monde trichait, se justifiait ou faisait silence, quand on ne rejouait pas la réunion précédente.

A cette époque, les managers grandissaient parce qu’ils profitaient du travail de leurs équipes.

En Wikinomie, la Réunion est devenue le véritable moment de « collaboration entre humains », un moment de synchronisation et de partage des équipes.
La Réunion Digitale n’a plus de caractère statutaire, mais est par nature opérationnelle, et se déroule selon un rythme naturel digital, un « tempo guisto »  AVANT PENDANT APRES, avec :

  • une préparation grâce à un Ordre du Jour collaboratif (AVANT)
  • une animation et d’interactions entre tous les participants en présentiel ou en partage d’écran (PENDANT), en trois temps

    1. par la revue systématique du Plan d’Action de la réunion précédente
    2. par la prise de note des informations clés, le relevé de décisions et l’intégration des nouvelles actions dans le Plan d’Action en temps réel
    3. par la relecture commune avant l’envoi du Compte rendu en fin de séance pour renforcer l’engagement de l’équipe
  • Chacun reçoit dans sa corbeille de tâches les actions à accomplir sur lesquelles il s’est engagé (APRES)
    Il va pouvoir publier son résultat, déclencher une alerte en cas de problème, poser des questions, la déclarer terminée.
  • A  la réunion suivante, tout est là, ce qui a été fait, ce qui reste à faire. On ne rejoue pas la réunion précédente.
  • Et en cas de besoin, on retrouve tout ce qui a été dit, fait

En Wikinomie, les animateurs de réunion et les participants développent une véritable collaboration basée sur la confiance, la transparence et le respect.
Ils alternent le travail en mobilité pour commenter, valider et celui sur leur poste de travail quand ils ont besoin de livrer un résultat plus conséquent.

En Wikinomie, les manageurs grandissent parce qu’ils font grandir leurs équipes.

Zen la Réunion en Wikinomie !