César, l'artiste de la destruction créatrice

La destruction créatrice de la Réunion Digitale

Je me suis bien amusé en écoutant jeudi dernier sur BFM radio, la chronique de Jean-Marc Daniel intitulée Schumpeter avait-il anticipé la désuberisation ?. Chaque matin, c’est un régal tout en finesse nappé de culture et de références historiques, où il nous démontre que tout ou presque s’est déjà produit dans le passé, que l’économie n’est qu’un éternel recommencement.
L’actualité, c’est l’annonce que certains chauffeurs d’UBER mécontents seraient en train de rejoindre les compagnies de taxi et de rentrer dans le rang, les compagnies de taxi traditionnelles et l’Etat développant une application mobile pour concurrencer UBER.

Rien de surprenant, nous dit-il : après la première phase de l’apparition d’UBER, vont lui succéder d’autres phases qui ont été décrites par Joseph Schumpeter. Schumpeter est un économiste autrichien (1883 ‑ 1950) qui a écrit Capitalisme, Socialisme et démocratie, et est devenu célèbre pour avoir inventé la « destruction créatrice », expression qui désigne le processus permanent de disparition de secteurs d’activité économique conjointement à l’apparition de nouveaux.

Dans sa vision de l’économie, l’innovation est d’abord portée par les « Entrepreneurs », la force motrice de la croissance économique sur le long terme.
Ces entrepreneurs, à l’origine de la plupart des projets, sont peu nombreux, un peu fous et habités.
Vont venir ensuite les « Imitateurs », qui eux sont beaucoup plus nombreux et vont essayer de faire pareil en améliorant, en gagnant par une pression sur les coûts. La concurrence est sévère.
Puis un processus d’embourgeoisement va se mettre en place et l’innovation va entrer dans la norme.
Selon lui, le plus dramatique, c’est quand on appelle le « Planificateur » (l’Etat) : c’est alors l’arrêt de tout processus créatif de valeur.

D’où la désubérisation annoncée qui n’est autre que le processus joué en accéléré annoncé par Schumpeter.

Cette vision a été bien entendue beaucoup critiquée (tout les pans de l’économie ne se prêtent pas à cette approche cyclique) et a été en particulier enrichie par celle de Geoffrey Moore, dont nous vous avions déjà parlé ici, dans son ouvrage « Crossing the Chasm ».

Si on appliquait ces profils d’Entrepreneurs, Imitateurs et Planificateurs à l’univers des Réunions Digitales, ça donnerait quoi ?
Il y a des résistances à l’introduction de la Réunion Digitale dans l’entreprise.
Elle n’est pas aussi aisée qu’on aurait pu l’imaginer malgré l’évidence des gains qu’elle apporte.
Comme dans beaucoup de secteurs, elle génère de  profondes résistances.

Sa mise en place et sa diffusion dans les organisations passent nécessairement via l’adoption par un premier type de profils : celui des « Entrepreneurs ».

Ils appartiennent à ceux que j’ai baptisés la Génération clavier, qui préfèrent saisir de suite sur leur clavier leur notes et les partager, plutôt que les recopier laborieusement plus tard sur un ordi. Ils aiment la transparence, l’authenticité, sont plein d’énergie, très collaboratifs, connectés, ne voient pas la réunion comme un instrument de pouvoir mais comme un outil d’efficacité et de cohésion des équipes.

Puis les seconds, les « Imitateurs » arrivent dans le paysage. Ils vont se dire qu’ils ont plus à gagner qu’à perdre, ils sont pragmatiques, vont supprimer les réunions inutiles, les raccourcir, peaufiner leurs ordres du jour, avoir un suivi d’orfèvre de leurs Plans d’Actions.

Quant aux « Planificateurs » ? Regardez ce qu’ils ont fait dans les grandes entreprises. Ils se sont emparés des réunions pour mieux les contrôler dans une démarche très hiérarchique, top down, contre-productive, connue sous le pseudo de réunionite.

Faut-il subir les Planificateurs et leur laisser le dernier mot ?

Et bien non ! Chez MyMeetings on pense qu’Entrepreneurs et Imitateurs vont finalement l’emporter, et que tout comme la vague Apple a lancé sans retour en arrière possible le smartphone et la tablette, la vague de la Réunion Digitale emportera tout sur son passage.

Zen la destruction créatrice de la Réunion Digitale !

Comments:0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.