Entre ce qu'on pense et la réalité, y a comme une embrouille...
Entre ce qu'on pense et la réalité, y a comme une embrouille...

La Chasse au Trésor

La semaine dernière, je vous disais notre « pivot » jubilatoire.
Il y a quelques semaines, je vous disais que si vous étiez en panne d’idée, ce n’était pas si grave, que vous pouviez trouver comment en avoir (ici).
Je vous disais aussi que votre bonheur était peut-être logé dans votre cerveau.
Alors peut-être que votre idée géniale l’est aussi ?

Et une fois votre idée géniale jaillie, peut-être vous retrouvez-vous face à une compétence ou à une connaissance qui vous fera cruellement défaut pour la transformer en projet ?
Alors comment faire pour acquérir cette compétence en accéléré, en quelques jours ou semaines quand elle nécessite sur le papier des mois ou des années d’apprentissage ?
Tout est question de chemin et de méthode, une fois de plus.

  1. Apprendre avec un but
    Si votre POURQUOI est assez fort, vous comprendrez plus facilement le COMMENT.
    Le manque de clarté est souvent ce pourquoi les gens se contentent de moins que leurs rêves.
    Un premier obstacle est la peur de l’inconnu qui peut être le fondement de toutes les autres peurs : « c’est la peur qui fait peur ».
    La plupart des gens perçoivent l’inconnu comme menaçant, ce qui signifie une faible tolérance à l’ambiguïté.
    Notre tolérance à l’ambiguïté est plus élevée enfant qu’adulte : à mesure que l’on vieillit, notre désir de sécurité est plus fort.
    Il est donc important d’obtenir un but clair aussi rapidement que possible.
    Un deuxième obstacle est le rabaissement du but.
    Robert Brault, bloggeur et auteur de Round Up the Usual Subjects nous dit : «Nous n’atteignons pas notre but, non pas à cause des obstacles, mais parce que nous choisissons un chemin clair vers un but moindre».
    Vouloir de la clarté ne consiste pas à rabaisser son but simplement parce que le chemin vers l’objectif paraît plus facile.
  2. Apprendre du contexte
    L’église mormone qui forme ses jeunes missionnaires pour parler des langues étrangères dans son « Missionary Training Center » (MTC)  en est une preuve éclatante et un exemple de plus en plus copié.
    Les étudiants de la MTC apprennent en quelques semaines ce qui prend trois ou quatre ans à la plupart des étudiants, comme le Mandarin.
    le MTC utilise ce qu’on appelle «l’apprentissage basé sur le contexte».
    Les étudiants commencent par réciter une phrase et travailler sur la prononciation.
    Une fois qu’ils ont une compréhension de base, ils jouent des scénarios du monde réel, deux par deux, par exemple un prêtre et une personne à convertir.
    Les jeux de rôles représentent environ 70% de l’apprentissage.
    Cet apprentissage basé sur les jeux de rôle a également un impact significatif sur la confiance en soi. Il aide à vaincre la timidité, ce qui est une rétroaction positive pour acquérir de nouvelles compétences.
    Apprendre une compétence ne se fait pas du bout des lèvres. Ce n’est pas « essayer quelque chose », ce n’est pas une accumulation de connaissances.
    C’est un plongeon, une immersion dans le sujet avec une implémentation immédiat.
    Plus en profondeur, c’est un changement permanent dans la façon dont nous voyons et agissons sur le monde.
    lire ou relire Le Co Constructivisme et le Digital, une réflexion sur ce mécanisme d’apprentissage.
  3. Répéter
    La répétition est la clé jusqu’à ce que notre apprentissage devienne inconscient (Lire ou relire 21 jours pour changer).
    Apprendre quelque chose de nouveau concerne la mémoire et comment elle est utilisée.
    Au début, c’est le cortex préfrontal – qui stocke la mémoire de travail (à court terme) – qui est utilisé.
    Une fois la compétence acquise et automatisée, notre esprit conscient est libéré et disponible pour se concentrer sur autre chose.
  4. Obtenir un coaching et un retour d’expérience
    Nous avons besoin d’un enseignant, de quelqu’un qui va nous aider à passer du point A au point B.
    Cet enseignant peut prendre la forme d’un livre, d’un cours en ligne ou d’une personne réelle ou de leur combinaison.
    Le bénéfice d’une personne réelle est d’obtenir des réactions immédiates, pertinentes et des réponses directes aux questions.

La clarté crée la motivation, le suivi crée la prise de conscience, le feedback crée la responsabilité.
Lorsque la performance est mesurée, la performance s’améliore..
Elle favorise l’autorégulation, ce processus psychologique qui détecte l’incohérence entre objectifs et comportements et permet l’entrée dans une culture d’amélioration continue.
La peur de l’inconnu et le besoin émotionnel de clarté conduisent le plus souvent les gens à abandonner leurs rêves.
Cependant, si la clarté des objectifs est essentielle à notre motivation, cela ne signifie pas que nous ayons « tout » compris.
Cela signifie juste que nous sommes prêts à passer à l’étape suivante…

Celle de la chasse au trésor au chemin parsemé d’indices :

  1. Un objectif final découpé en victoires d’étapes
  2. Un calendrier d’exécution rigoureux
  3. Les bons outils et systèmes
  4. Une structure de support

S’efforcer d’accomplir de grands objectifs n’est pas facile.
La plupart des gens abandonnent leurs rêves pour des objectifs amoindris.

Être clair dans notre but, apprendre du contexte et de l’immersion, mettre en place un système de responsabilisation, tout est dans la configuration.
Lorsque nous configurons les conditions efficacement nous rendons les objectifs inévitables.

Au cœur du monde Digital et de son apprentissage dynamique, Identifier et passer rapidement à un MVP (Minimum Valuable product), c’est cela que nous proposons au monde de l’entreprise.

Zen la chasse au trésor !

Comments:0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.