Le bot : " coucou, me voilà !" . 2022, c'est demain, non ?

IA et Commerce, Mais Pas Seulement

The Future of jobs report 2018 vient d’être publié par The World Economic Forum sur l’avenir du monde du travail d’ici 2022 dans 20 pays dont le nôtre.
Qu’il s’appelle bot, robot, automation, révolution robotique ou IA, la part du travail du robot dans l’entreprise va progresse de 30 à 60% dans les quatre prochaines années.
L’IA avance avec des bottes de sept lieues.
Dizaines de millions d’emplois supprimés et dizaines de millions d’emploi créés, l’IA va tenir le premier rôle dans la destruction créatrice de Schumpeter.

Pour redescendre dans le dur du marché, j’ai participé cette semaine à l’atelier « l’Intelligence Artificielle et le commerce »  organisé par le Club Nelson, pour découvrir quelques produits « sur étagère » ayant intégré l’IA.

Assistant professionnel pour les commerciaux
par Alexis Laporte, CEO de Hubware.

Sa mission est d’aider les commerciaux dans leur métier : « Les assistants personnels sont déployés dans nos téléphones ou à la maison pour nous simplifier la vie. De la même façon nous avons besoin d’assistants personnels au travail pour nous permettre de  nous recentrer sur les tâches à plus forte valeur ajoutée… On essaie de faire travailler les humains comme les robots… alors qu’il faut aider les humains à se redéployer sur des tâches moins répétitives, plus relationnelles grâce aux robots…C’est un véritable assistant technique au service du commercial ».

Grâce au Cloud et aux applications SaaS qui rendent les données plus facilement accessibles au robot, l’apprentissage automatique va démocratiser rapidement cet usage et accélérer son adoption.

Un assistant professionnel est un robot paramétrable qui :

  • travaille au côté de l’humain
  • apprend des données réelles
  • améliore l’efficacité et la qualité du travail

Quel est l’impact sur les métiers ?

  • Des nouveaux métiers apparaissent comme « entraîneur de robot » pour l’apprentissage et le suivi (on parle d’apprentissage supervisé)
  • L’humain se recentre sur des parties plus créatives et relationnelles
  • L’automation est très efficace sur des parties répétitives
  • Le robot devient un véritable assistant technique personnel

Chatbot de la relation client
par Frédéric Canevet, chef de produit chez Eloquant.

Le chatbot, pourquoi maintenant ?

  • Les entreprises clientes sont prêts, les usages se déploient
  • Les nouvelles générations (jeunes et vieux millennials) de consommateurs/collaborateurs sont prêts
  • Les bots peuvent faire économiser des milliards d’heures de travail et permettre de recentrer les humains sur la qualité relationnelle
  • Le client peut choisir son canal (facebook, email ou web)
  • On est au début de l’histoire qui va s’accélérer avec l’arrivée du VoiceBot

A quoi ça sert ?

  • En mode curatif, pour identifier et traiter les tâches simples et répétitives, maintenir ouvert un service client 24/7
  • En mode proactif, pour identifier et tester de nouveaux services, nouveaux canaux, nouer une relation plus intime avec les clients

Prise de décision augmentée par l’IA
par Maurice Ndiaye, partner chez Synomia.

Le paradoxe du marketeur :

  • A la maison, prolifération des usages et arrivée de l’IA pour aider à prendre des décisions
  • Au bureau, l’information est fragmentée, répartie dans plein de systèmes, tout est compliqué et l’IA n’est pas encore arrivée

« Quand vous déplaciez avec une carte Michelin, vous deviez choisir et calculer votre itinéraire. Avec google maps, c’est devenu instantané, la proposition de valeur est claire »

En entreprise, on est en face du même challenge

L’absence d’interprétation de montagnes de données pour décider d’une stratégie commerciale est terriblement pénalisante.
Faire de la veille sur le web, analyser l’information non structurée, c’est une tâche que personne n’aime faire et que l’on confie généralement au stagiaire.
La perte de temps liée au traitement de l’information car trop brute, pas assez transverse est un vrai problème.
C’est ce fort besoin d’analyse et de consolidation pour améliorer la prise de décision que peut adresser l’IA

Comment ça marche ?

Après un brief client, le robot est paramétré de requêtes et va aller crawler les données non structurées du web.
l’IA de Synomia permet l’émergence automatique de faits pertinents sans que l’utilisateur ait besoin de programmer lui-même des règles d’extraction.
Le résultat peut faire l’objet de différents livrables sous forme cartographique ou de tableur à des prix modulaires qui rendent accessibles cette technologie à la plupart des entreprises.

La transformation digitale est bien en pleine accélération

On comprend bien que l’on est entré dans une nouvelle ère, que des nouveaux faiseurs font irruption sur les terrains de jeu traditionnels de l’entreprise.
Du fait du format de l’atelier, Ils n’étaient que trois, avant-garde d’IA engagées en pleine conquête, ça commence par le commercial et l’aide et la décision, mais on voit bien qu’elle sera bientôt partout et facile à utiliser.

Il n’y avait qu’à écouter cette même semaine l’interview sur BFM du charismatique patron de Dassault System, Bernard Charlès : « l’objectif est de faire que la distance entre le monde réel et le monde industriel soit réduite à zéro, comme Google a réduit la distance entre votre question et l’information à zéro »
Tous les objets bien sûr sont concernés, mais aussi les services, les chaines de service, même les pratiques chirurgicales seront simulées avant d’être exécutées.
Je me souviens de l’avoir rencontré au début des années 2000 au CEO Campus d’HEC, il définissait son métier comme la « digitalisation de l’industrie lourde » et pas seulement celle des avions…
C’était hier…Quel chemin parcouru !

Zen l’aide technique des IA !

Comments:0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.