Suffisait d'y penser !

Ça Ne S’invente Pas

« Ceci est un cours d’invention sommaire, deux lignes de roulette, deux ligne de mallette » nous dirait Boby Lapointe.

Il y a près de 3000 ans, les artistes de Mésopotamie réalisaient des jouets sur roulettes.
Pendant ce temps, dans cette illustration brésilienne, les hommes poussent des charrettes aux roues carrées, alors que chez nous, un Obélix visionnaire sculpte le premier prototype de valise à roulettes.

Histoire de la valise à roulettes

L’inventeur de la valise à roulettes – rolling luggage – est Bernard D. Sadow en 1970.
Il a eu l’illumination dans un aéroport, chargé de deux lourdes valises, en revenant de vacances en famille.
En 1972, il commence à vendre son modèle à quatre roues et lanières chez Macy’s.
15 ans plus tard Robert Plath, un pilote de 747, démocratise l’usage en rendant le modèle plus ergonomique avec deux roues et une poignée télescopique.

L’avion a commencé à se démocratiser dans les années 1950.
Il aura donc fallu près de 40 ans pour inventer et améliorer un produit qui n’est en définitive que l’association de deux idées liées à la mobilité.
A l’époque de la préhistoire, les nomades portaient une sorte de sac à dos de bois soutenu par un emballage en cuir.
À l’époque de l’Empire romain, les légionnaires emballaient leurs affaires dans ce qui peut être considéré comme la première valise au monde avec une étiquette qui indiquait leur légion.
Quant à la roue, j’ose à peine en parler : inventée par les sumériens en Mésopotamie il y a 3500 ans, pendant que les Mésoaméricains, de leur côté la considérait comme un jouet sans en voir ses immenses applications pratiques.

Ils étaient aveugles ou quoi ?
Peut-être un peu comme nous aussi, qui passons notre temps à côté d’une multitude d’innovations potentielles sans les voir.
L’innovation, c’est aussi l’histoire…de tout ce qui ne verra pas le jour, des inventions anciennes, oubliées, retrouvées.

Histoire de…

  • La première machine à vapeur et à réaction a été conçue par Héron d’Alexandrie un siècle après JC.
    C’est l‘éolipyle,  la « boule d’Éole, sphère de vent », elle servira à ouvrir des portes ou de simple divertissement dans les salons.
    Mais elle n’aura pas donné naissance au train, il faudra attendre le XVIIIe siècle pour qu’il voir le jour.
  • Le premier ordinateur au monde, c’est sans doute la machine d’Anticythère, qui a été découverte en 1901 dans une épave vieille de 2000 ans au large de l’île grecque Anticythère.
    C’est un calculateur analogique constitué d’une série d’engrenages et de cadrans en laiton montés dans un étui de la taille d’une pendule.
    Et pourtant, les Grecs n’ont pas inventé la pendule mécanique, qui le sera beaucoup plus tard, au XIIIe siècle, ni l’informatique.
  • Le premier modèle réduit d’avion date de 200 ans av. J.C.
    On l’a découvert en 1898 dans une tombe à Saqqarah en Égypte.
    Il est doté de formes aérodynamiques comparables à nos planeurs modernes, avec comme inscription : « don d’Amon », le dieu du vent. Des répliques en balsa ont été faites : il vole.
    Les égyptiens étaient connus pour faire des maquettes de leurs projets de construction et les placer dans la tombe comme objets familiers du mort.
    Et pourtant, les Égyptiens n’ont pas inventé l’avion, qui le sera en 1890, une machine baptisée… Éole.

Histoire de SF

La Science-fiction est un genre littéraire complexe et foisonnant.
Elle s’est emparée de l’innovation et de la disruption dans l’espace et le temps.
Le courant Jules Verne imagine ce que sera demain à partir des découvertes d’aujourd’hui pendant que le courant H.G.Wells fait bouger les paramètres, imagine ce que serait la vie sur une autre planète, ce qu’elle serait si tout le monde était riche, avec un jour de moins, si la roue n’avait pas été inventée…
Gene Wolfe imagine la vie en plongeant l’innovation dans une époque antérieure.
En 1975, il publie une nouvelle qui raconte dans un monde médiéval, les aventures d’une équipe de mercenaires en montgolfière (inventée en 1782).
« De temps en temps, j’aime penser à des choses qui auraient pu être inventées longtemps avant qu’elles ne le soient réellement… Il semble évident que le ballon à air chaud aurait pu être inventé bien avant la fin du monde antique. Vous avez besoin d’une petite corde (elle existe depuis longtemps), de beaucoup de soie (qui arrivait régulièrement le long de la route des épices), de paille et d’un chaudron en fer pour la brûler. Il n’y a pas de pièces mobiles, et le design est la simplicité même – un sac tenu sur un feu… J’ai décidé de mettre la montgolfière à l’âge des ténèbres …Y a-t-il jamais eu un moment comme ça? Non. Peut-il y en avoir eu? Certainement. »

Pourquoi est-ce si difficile d’innover ?

Il n’est pas si facile d’imaginer le futur.
Pour l’imaginer, nous avons tendance à être assez aveugle.
Le futur que nous voyons finit par ressembler beaucoup au passé avec quelques petites choses ajustées ou ajoutées (c’est plutôt le courant Verne).
Toutes les théories explicatives sont géniales pour décoder le passé, mais prises séparément, ne sont pas très efficaces pour prévoir l’avenir.

Une grande partie de nos découvertes repose sur des tâtonnements, des erreurs cognitives, des statistiques erronées, des vœux pieux, des aléas ou des surprises.
Les chercheurs continuent de se torturer les méninges pour comprendre comment on peut imaginer le futur, maîtriser l’innovation, la rendre explicite, pendant que les entrepreneurs essaient de s’en emparer pour mieux la diffuser « ici et maintenant ».
Heureusement, car sans cela, comme l’éolipyle, la machine d’Anticythère ou le don d’Amon, elles traverseraient le temps, immuables et invisibles.

Pour nous aider à découvrir les idées étonnantes qui gisent devant nous, de gros mots nouveaux ont été inventés.
Ils s’appellent : sérendipité, effectuation, value proposition canvas, design thinking, lean startup, business model canvas, parcours des idées
il n’y a pas une méthode qui l’emporte sur l’autre.
C’est un état d’esprit ludique et curieux, une caisse à outils pour bricoler le futur, multiplier les essais et innover.

De tous temps, l’arbre de nos progrès a masqué la forêt de connaissances inexploitées.
Ce n’est pas parce que ça n’a pas été inventé que ça n’existe pas !
Et si vous ne l’inventez pas, il y a une forte probabilité pour que personne ne le fasse.

Zen, j’invente !

Comments:1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.