Un grand bol de stratosphère chez Oracle !
Un grand bol de stratosphère chez Oracle !

36 heures d’Innovation et de Leadership chez ORACLE

Les 22 & 23 juin 2016, j’ai participé en tant que coach au premier « Startup Week-end » d’Oracle dédié à l’innovation, baptisé pour l’occasion Digital Mission.
Petites différences, cet événement plutôt destiné aux salariés d’Oracle se passait en milieu de semaine.
36 heures non stop pendant lesquelles la collaboration entre équipes et coaches était complètement libre pour :

  • Faire émerger, proposer et pitcher son idée la première matinée
  • Recruter une équipe et passer en mode projet pour les idées retenues
  • Pitcher son projet de startup devant un jury d’investisseurs 36 heures plus tard

Une quinzaine de projets ont été retenus et cinq ont été récompensés (voir le détail ici) :

  • Prix du public : IMATCH, application de matching professionnel.
  • Prix intrapreneuriat : UPASS, le badge dématérialisé.
  • Prix entrepreneuriat : BEYOND GATES, application de chasse au trésor pour visiter Paris.
  • Prix du Social Business : FINTECH SOCIAL, système d’épargne rotative pour la création d’entreprise des femmes africaines.
  • Grand Prix du Jury : BAG&C, le sac à main connecté.

Patrice Barbedette, VP chez Oracle, principal instigateur et animateur de l’événement chez Oracle avait déclaré ; « Pendant 36 heures, de jour et de nuit : pas de management, que du leadership ! »
Pendant ces phases de coaching, je réfléchissais à ce que je voyais se dérouler devant moi, aux questions que l’on me posait, aux discussions entre coaches et en suis venu assez vite à m’interroger sur ce qui ferait la différence pour un salarié d’Oracle entre son statut de cadre salarié et celui d’entrepreneur, la différence entre un manager et un leader.

Selon Richard Daft, théoricien  américain du leadership et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet, le leadership s’exprime en complément du management.
Il est important de noter que les qualités de leader ou de manager ne sont pas exclusives : les deux profils doivent savoir influencer, travailler avec les autres, être orientés résultat etc.

Qu’est ce qui fait donc la différence entre un leader et un manager ?

  1. Le manager administre, le leader innove
    Le manager est responsable de l’exécution, de livrables tangibles. Un leader est quelqu’un qui vient avec de nouvelles idées, il challenge l’existant et sort du cadre (lire ou relire Faites Sortir Vos Réunions de la Bouteille à Mouche).
  2. Le manager duplique, le leader est un original
    Le manager est celui qui optimise le temps et les processus testés pour gérer efficacement ses équipes. Un leader est toujours en train d’expérimenter et son approche est personnelle et unique.
  3. Le manager se concentre sur les systèmes et la structure, le leader se concentre sur les gens
    Un leader sait que pour réussir, il doit mettre l’accent sur l’activation et l’autonomisation des personnes. Au contraire, la force d’un gestionnaire réside dans la mise en place des systèmes et des structures pour atteindre les objectifs fixés par l’organisation.
  4. Le manager repose sur le contrôle, le leader inspire confiance
    Le manager exerce le contrôle sur son équipe et ce qu’il attend de chaque membre de l’équipe est clair. Un membre de l’équipe n’a pas besoin de confiance ou d’être inspiré par son manager. Il a juste besoin de faire ce qu’on attend de lui. Le leader ne comptent pas sur le contrôle, mais essaie d’inspirer les gens avec sa vision. Il donne la direction et demande de l’aide.
  5. Le manager a un regard à court terme, le leader a un regard à long terme
    Le manager est responsable de la performance durable de l’entreprise et est plus préoccupé par le « ici et maintenant ». Le leader est toujours en train de penser à l’avenir et sa vision repose sur la version de l’avenir qu’il imagine.
  6. Le gestionnaire demande comment et quand, le leader demande quoi et pourquoi
    Le leader remet en question le statu quo afin de stimuler l’innovation. Le manager ne cherche pas à tracer de nouveaux chemins, il attend que le leader lui montre le chemin. Une fois que les objectifs sont fixés, il veille à ce qu’ils soient atteints (lire ou relire Ce que les gens achètent, ce n’est pas ce que vous faites, mais pourquoi vous le faites)
  7. Le manager est le bon soldat classique, le leader est sa propre personne
    Une armée de leaders ne peut conquérir aucun pays. Les gestionnaires sont essentiels à l’organisation, pour apporter structure et discipline aux processus de travail. Le leader fonctionne à un niveau très différent et se targue d’être non-conformiste.
  8. Le manager fait bien les choses, le leader fait la bonne chose
    Un manager aime appliquer des théories et des méthodes : faire les choses de la façon dont elles sont censées être faites, est une grande partie de son travail. Un leader utilise son jugement et ses connaissances pour apporter des changements positifs. Il est seulement préoccupé par faire la bonne chose, peu importe la situation courante.

En conclusion, un bon manager n’est pas forcément un bon leader et vice versa. On tente parfois de passer de l’un à l’autre et ce n’est pas si facile.
Ce genre d’événement peut aider à faire émerger de nouveaux leaders sans parler de nouveaux projets.
Bâtir une entreprise qui réussit nécessite une multitude de profils.
Il faut encourager ce genre d’initiatives pour libérer l’entreprise et ses talents.

Et surtout n’oubliez pas :  Pas de Transformation Digitale sans Réunion Digitale ! Avec MyMeetings, of course 😉

Zen la Digital Mission d’Oracle !

Comments:1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.